Tourisme, sport et culture

Tourisme, sport et culture

Sites recommandés

2

1

Le congrès INFOGYN vous permettra aussi de découvrir Pau et sa région. Pour préparer votre séjour, nous vous proposons des liens avec des rubriques que nous avons sélectionnées pour vous.

Pour obtenir conseils et documentation n’hésitez pas à contacter :
Pau – Pyrénées – Tourisme – 00 33 (0)5 59 27 27 08
http://www.pau-pyrenees.com/

Sport et culture

Golf – Samedi 6 octobre
Vous serez accueilli par le Pau Golf Club 1856 qui est le le plus ancien golf d’Europe continentale créé par les soldats de Wellington au moment de la bataille d’Orthez en 1814. Le Club House, bâtiment de style victorien, a été édifié dans les années 1880. L’intérieur est un véritable musée et on trouve notamment les photos des anciens présidents, une lettre de la reine d’Angleterre, et différents documents historiques.


4Balade sportive en VTT – Samedi 6 octobre
Cette année notre traditionnelle balade sportive préparée par Pierre COULOM vous emmènera en VTT (Locations possibles à Beaudéan) sur les pentes des cols d’Aspin et de Beyrède par des chemins qui vous feront découvrir les fabuleux paysages des Pyrénées Centrales. Nombre de places limité. Inscription obligatoire préalable


Récital »Grandes voix » – Jeudi 4 octobre à 21h
Un concert caritatif au profit de la Ligue contre le cancer des Pyrénées Atlantiques est organisé le jeudi à 21h – Auditorium Alfred de Vigny avec la participation de Chrystelle DI MARCO – Soprano, Kristian PAUL – Baryton, accompagnés au piano par Éloise URBAIN.
Entrée : 20€ – Billeterie sur place


Soirée des congressistes 

Domaine du Cinquau à Artiguelouve
Vendredi 5 octobre à partir de 20h00
Situé sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, le domaine du Cinquau est resté dans la famille depuis 1617 et produisait déjà à cette époque du Jurançon. A l’automne de l’an de grâce 1620, une grande fête organisée pour la saison de la chasse, le comte de Treville, capitaine des Mousquetaires du Roi fit la connaissance de jeunes de la région dont Athos, Porthos et Aramis.. A la fin du 19ème siècle, les guerres, le phylloxéra ainsi que la désaffection pour les vins liquoreux entraine le déclin de la production et c’est en 1984 qu’Isabelle Saubot demande à son fils, Pierre, de relancer l’exploitation viticole.